Covid : l’Agglo de Verdun fait appel à Sanosil pour désinfecter ses écoles

Face à l’absentéisme des agents, épuisés et inquiets face à l’épidémie qui a pris de l’ampleur cette semaine dans les écoles, le Grand Verdun prend des mesures en se
rapprochant de la société bellevilloise Sanosil-PLC Consulting. Des nébuliseurs vont permettre de nettoyer en profondeur les établissements et soulager ainsi le travail des agents. Un gros investissement.

 

Les agents de la collectivité chargés du nettoyage dans les écoles passent un temps fou à désinfecter les salles de classe avec un chiffon et du produit. Ils sont encore plus consciencieux que d’habitude avec la crise sanitaire. Encore plus fatigués, aussi. Et inquiets, lorsqu’ils doivent intervenir dans des établissements où des cas ont été détectés. Rien que cette semaine, quatre écoles ont été concernées sur l’Agglo : après Jules-Ferry , c’est une classe de l’école Poincaré qui a été touchée et fermée. Sans compter un cas à l’école du centre de Thierville, ainsi qu’à Charles-Perrault à Belleville. A noter aussi, la fermeture ce vendredi, de la crèche de Thierville pour « les grands ». « Cela crée du stress chez les parents, les enseignants mais aussi chez nos agents chez qui on note une augmentation de l’absentéisme », confie le président du Grand Verdun Samuel Hazard, qui a découvert récemment la société Sanosil-Plc-Consulting, basée à Belleville-sur-Meuse : elle est spécialisée dans les désinfectants , qu’elle exportait jusqu’ici dans une quarantaine de pays, notamment pour les établissements thermaux. La crise a poussé le PDG et chimiste Philippe Hypollite et son associé Hervé Favier à signer des marchés avec des établissements publics et privés.

 

4 000 € l’appareil

Car leur désinfectant est non seulement naturel et « révolutionnaire », mais il va aussi grandement soulager les agents d’entretien de la collectivité. Et ce grâce à un appareil : le nébuliseur.
Déjà acquis par des hôtels comme les Jardins du Mess, cette machine sur roulette travaille toute seule et vient à bout de 100 % des bactéries. Démonstration a été
faite ce jeudi, devant les agents, à l’école Jacques-Prévert. Il suffit d’allumer l’appareil et le désinfectant agit dans la pièce. « Pas besoin de soulever des feuilles, des jouets. Le nettoyage se fait en profondeur », souligne Hervé Favier. Seule consigne : quitter la pièce le temps de l’action du désinfectant. « Une application vous permettra d’être prévenus quand le nettoyage est fini. » Pour chaque pièce, un quart d’heure de nébulisation suffit. Tous les agents seront formés à l’utilisation de l’automate.

 

L’appareil coûte 4.000 euros pièce. « Nous voudrions équiper les 18 écoles du territoire, répartis sur 20 sites », confie Samuel Hazard. Un gros investissement qui devra être étudié par les élus. « À terme, nous voudrions équiper tous les bâtiments publics. C’est certain, nous sortirons un jour du Covid mais ce procédé se révèle efficace face à toutes sortes de virus, comme la gastro-entérite, par exemple. »

– Article de L’Est Républicain du 19 mars 2021.